Prise de position sur la Directive 3.16 « Examens préalables d’admission aux cursus du baccalauréat universitaire dans les facultés de l’Université de Lausanne »

Dès le 1er janvier 2015, la Directive de la Direction 3.16 « Examens préalables d’admission aux cursus du baccalauréat universitaire dans les facultés de l’Université de Lausanne » contraindra chaque faculté à mettre en place des examens d’entrée pour les personnes ne disposant pas d’une maturité reconnue sur le plan suisse, ce qui n’était pas obligatoire auparavant. Jusqu’ici, ces conditions d’admission particulières étaient du ressort des facultés, qui décidaient de la mise en place d’examens d’entrée. Auparavant, 10 filières de Bachelor sur 14 prévoyaient déjà des examens d’entrée (seules les sections de médecine, droit, science forensique et sciences pharmaceutiques n’en disposaient pas). Ainsi, avec l’entrée en vigueur de cette directive, 5 facultés (FGSE, FTSR, HEC, LETTRES, SSP)[1] sur les 7 que compte l’UNIL se verront obligées de durcir leur réglementation actuelle quant aux conditions d’admission. Seules les personnes disposant d’un « diplôme du secondaire supérieur certifié ne permettant pas l’immatriculation sur titre, d’un certificat fédéral de capacité ou d’une autre formation professionnelle d’une durée de 3 ans au moins »[2] et âgées d’au moins 20 ans pourront accéder aux examens préalables d’admission.

La FAE s’oppose aux restrictions d’accès à la formation que cette directive engendre et rappelle que la Direction de l’UNIL aborde de manière explicite l’ouverture de l’accès aux études dans son plan d’intentions 2012-2016 : « … l’UNIL cherche non seulement à déjouer les déterminismes sociaux, mais aussi à valoriser les parcours atypiques et à accueillir des personnes qui ont travaillé ou travaillent, ont parfois échoué dans une première “vie” universitaire, ont la volonté et la capacité de revenir ou de venir enfin à l’université. »[3]

Si elle salue l’opportunité d’accéder à des filières précédemment fermées aux personnes ne disposant pas d’une maturité reconnue sur le plan fédéral, la FAE déplore que cette harmonisation des règles d’admission se fasse au détriment de personnes aux parcours plus sinueux.

Lausanne, le 1er décembre 2014.

[1] Brochure « Sans matu 2014, vos accès à l’UNIL »

[2] Article 3.16.3, alinéa 2, de la Directive de la Direction 3.16

[3] Plan d’intentions UNIL 2012 – 2016

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>