Renouvellement à la CARE

La Commission d’Aide aux Recours Estudiantins (CARE) se renouvelle dès le 1 décembre 2018 pour garantir le meilleur soutien aux étudiant-e-s de l’université de Lausanne.

Pour rappel, la CARE est une aide juridique, proposée conjointement par l’Association des étudiants en Droit de Lausanne (AEDL) et la FAE, aux étudiant-e-s de l’Unil. Initialement créé en 2015 pour soutenir les étudiant-e-s confronté-e-s à un échec aux examens, le service s’est rapidement développé et offre aujourd’hui des conseils juridiques sur de multiples sujets.

Suite au départ de nombreux juristes, que la FAE remercie particulièrement pour le travail effectué et leur investissement, la CARE a lancé une campagne de recrutement au sein de l’école de droit.  Les juristes de la CARE doivent obligatoirement être titulaires d’un bachelor en droit et maîtriser parfaitement le français à l’écrit et à l’oral. L’administration a ainsi sélectionné quatre nouveaux/elles étudiant-e-s en master de droit : Alice Barras, Malik Oudina, Charlotte Pittet et Kevin Togni. La FAE les remercie d’avance pour leur motivation et leur souhaite beaucoup de succès dans leur nouvelle fonction.

En plus de cela, Loïc Pillard, étudiant en FDCA, reprend le poste de responsable et administrateur de la CARE, assuré depuis mars 2018 par David Raccaud. La FAE le remercie pour le travail effectué et souhaite beaucoup de succès à son successeur !

L’équipe de la CARE se compose donc de:

Loïc Pillard, responsable et administrateur
Alice Barras
Sébastien Bourquard
Yvan Gisling
Joachim Léger
Malik Oudina
Charlotte Pittet
Kevin Togni

Pour faire une demande d’aide pour un recours, nous vous invitons à remplir le formulaire que vous trouverez sur cette page.

Communiqué

L’initiative pour l’autodétermination menace les hautes écoles suisses !  Considérant les effets négatifs que pourrait avoir l’initiative pour l’autodétermination sur l’avenir des étudiant-e-s des hautes écoles suisses, la FAE recommande de voter NON le 25 novembre prochain. 

La FAE rejette pleinement l’initiative dite « pour l’autodétermination » lancée par l’Union Démocratique du Centre (UDC). Cette initiative cherche à rendre le droit suisse supérieur au droit international dont fait partie la Convention Européenne des Droits de l’Homme. En cas d’acceptation de celle-ci, les traités internationaux devraient être renégociés ou dénoncés s’ils ne sont pas conformes au droit suisse.

Accepter l’initiative le 25 novembre prochain aurait pour conséquence l’isolement des hautes écoles suisses au sein de l’espace européen de l’enseignement supérieur et constituerait donc un danger pour l’échange, la diversité et l’ouverture de celles-ci. La participation de la Suisse aux programmes de formation et de recherche de l’Union Européenne serait ainsi remise en question. Ces programmes assurent notamment l’accueil d’étudiant-e-s étranger-ère-s dans de bonnes conditions et permettent aux étudiant-e-s domicilié-e-s en Suisses de bénéficier de bourses d’études afin d’enrichir leur cursus universitaire pour un ou deux semestres à l’étranger.

Rappelons que l’acceptation de l’initiative populaire contre l’immigration de masse du 9 février 2014 avait eu pour conséquence l’exclusion de la Suisse des programmes pour la recherche Horizon 2020 et Erasmus+. Les négociations pour que la Confédération réintègre ces programmes sont aujourd’hui encore en cours.

La FAE recommande donc de rejeter cette initiative dangereuse pour la place des hautes écoles suisses sur le plan international et pour les possibilités d’échange et d’avenir académique des étudiant-e-s.

Le 25 novembre, refusons d’isoler les hautes écoles suisses : votons NON.

La Fédération des associations d’étudiant-e-s (FAE)

Téléchargez le communiqué ici

Communiqué

Les résultats sont annoncés concernant le référendum lancé contre la décision du législatif de la FAE de modifier le montant maximal octroyable via le Fonds de solidarité étudiant (FSE) de CHF 580.- à 500.-.
Le taux de participation a été faible, avec 1’796 votes sur 14’008 personnes consultées (soit un taux de participation de 12.8%).
Par 814 voix pour et 981 voix contre, 54,65% des étudiant-e-s ont décidé de refuser la modification du montant. Le montant maximal attribuable via le FSE est donc maintenu à CHF 580.- par étudiant-e et par année académique.
Nous remercions les étudiant-e-s d’avoir pris le temps de s’informer et de voter!