Agir contre la hausse des taxes d’études

Le doublement des taxes d’études annoncé par le Conseil des EPF le 6 décembre dernier s’inscrit dans un contexte plus large. Plusieurs autres hautes écoles suisses ont augmenté leurs taxes récemment. Si l’Université de Lausanne et le Canton de Vaud font exception en s’affichant comme clairement opposées à une hausse des taxes, les étudiant-e-s lausannois-es ont toutefois des raisons de se mobiliser.

Par solidarité avec les autres étudiant-e-s de Suisse, et parce que toute hausse chez nos voisin-e-s aura tôt ou tard un impact sur notre université, l’Assemblée des Délégué-e-s de la FAE du 12 décembre 2012 a réaffirmé son soutien aux actions de l’AGEPoly, du VSETH et des autres sections de l’UNES contre les augmentations de taxes d’études. Elle a aussi salué la création du MOCAT et du resACTe, et a mandaté le bureau pour soutenir leurs actions.

L’Assemblée des Délégué-e-s a par ailleurs formulé le souhait que sa Commission de Politique Universitaire se propose comme plateforme de consultation, de réflexion et de mobilisation pour les étudiant-e-s de l’UNIL souhaitant s’engager contre la hausse des taxes d’études en Suisse. Cette commission, avec l’aide du bureau, établira et proposera un moyen pour toutes les personnes intéressé-e-s d’exprimer leur avis et de coordonner leurs actions. Plus d’informations suivront cet hiver.

Deux postes à repourvoir au Bureau de la FAE : Politique de la formation et Campus

Le Bureau de la FAE est composé de huit membres; deux co‑président‑e‑s et six responsables de dicastère. Les postes « campus » et « politique nationale et cantonale de la formation » sont actuellement à repourvoir. Ces deux postes sont ouverts à tou‑te‑s les étudiant‑e‑s, alors si tu es intéressé‑e, envoie ta lettre de motivation et ton CV avant le mardi 4 décembre à midi à fae@unil.ch !

Le travail au sein du Bureau demande plusieurs qualités : de l’organisation, une capacité à travailler en équipe autant que de manière autonome, des compétences en matière de gestion de projets ou un intérêt marqué pour la vie du campus, notamment.

Si tu as ces qualités et que tu as déjà fait partie d’une association, ou si tu désires en faire l’expérience, que tu as envie de représenter et de défendre les droits des étudiant‑e‑s de l’UNIL, de mettre sur pied des projets qui te tiennent à cœur au sein du campus, d’étoffer ton CV, de comprendre le fonctionnement de l’UNIL, de confronter tes idées avec d’autres étudiant‑e‑s et de faire profiter la FAE de ta motivation: ce poste est pour TOI!

Il faut savoir que même si les dicastères ont chacun un‑e responsable attitré‑e, tout le monde travaille en collaboration étroite. Il s’agit d’un travail bénévole, mais les séances de travail sont indemnisées.

Pour de plus amples informations sur la structure de la FAE

Et pour les rôles des dicastères

Mobilisation contre la hausse des taxes d’études à l’EPFL

Vous avez probablement entendu parler de la menace de hausse des taxes d’études qui pèse sur les EPF depuis quelques mois. Le 4 et 6 décembre prochain, un nouveau projet d’augmentation sera présenté au Conseil des EPF: s’il est accepté, les taxes d’études doubleront d’ici 2016.

Le mouvement MOCAT (Mouvement Contre l’Augmentation des Taxes) a été créé par des étudiant-e-s de l’EPFL. Plusieurs centaines d’étudiant-e-s ont participé jeudi 22 novembre à un sit-in devant le Rolex Learning Center pour manifester leur mécontentement.

La FAE s’est toujours mobilisée contre la hausse des taxes d’études, cette thématique est notamment au cœur de la prise de position votée par notre Assemblée des Délégué-e-s en mai 2011 sur les restriction d’accès au master. Pour ces raisons, la FAE vous invite à prendre connaissance des informations liées à ce mouvement.

Pour plus d’informations:

Journée égalité

Cette année la Journée égalité aura lieu le 24 octobre. A cette occasion, M. Jason Borioli et M. Sébastien Kessler donneront une conférence  intitulée: « Handicap et études supérieures: sur les chapeaux de roues! », qui traitera de la conception moderne du handicap et des services qui y sont liés notamment. Cette conférence aura lieu dans la salle 3088 de l’Anthropole de 15h à 16 et sera suivie d’un apéritif.

Il sera possible de visiter l’exposition liée à la Journée égalité devant l’auditoire 1031 de l’Anthropole du 24 au30 octobre.

Unilive déplacé au printemps – on recrute!

Le Festival Unilive, lancé l’année passée à l’occasion du centenaire de la Faculté des HEC, devait avoir lieu à nouveau à la rentrée de cet automne. Pour des raisons pratiques, il a finalement été déplacé au prochain semestre de printemps.

Une nouvelle équipe d’organisation est en train de se constituer pour créer un événement original et propre à notre université, en partenariat avec la FAE et les associations de faculté. Le comité d’Unilive cherche des étudiant-e-s motivé-e-s pour la programmation, le sponsoring, la communication, le secrétariat, la trésorerie, le graphisme et le site web.

Intéressé-e? Envoyer une lettre de motivation d’ici au 25 septembre à etienne.kocher@unil.ch.

L’égalité dans les faits et dans les mots

Le mois passé, un article web de L’auditoire revenait sur la journée internationale des droits des femmes pour interroger l’utilité d’une écriture féminisée, en se demandant si celle-ci représentait vraiment «un progrès utile». L’occasion de revenir sur l’importance des mots et du langage dans le combat pour l’égalité.

Si certaines revendications féministes commencent à entrer dans le cercle du politiquement correct, la frange du mouvement qui combat le sexisme ordinaire, notamment au travers du langage, se fait régulièrement taxer d’extrémisme déchaîné. Que les femmes votent, participent à la vie citoyenne, aient un salaire, cela passe encore ; mais dès que l’on s’attaque à des processus très (trop) ancrés, comme le langage, rien ne va plus. Ainsi, lorsque l’on parle de langage épicène et/ou féminisé, pour ne citer que cet exemple, les milieux conservateurs hurlent à la perte de repères, les masculinistes à la perte de valeurs, les académistes à l’altération de la langue, les autres hurlent tout court.

Lire la suite…